Part des moins de 3 ans dans la population totale

Part des moins de 3 ans dans la population totale

Thème

Population

Sous-thème

Structure par âge


Moyenne régionale (2016)

4,51 %

I. Introduction

Les enfants de moins de 3 ans forment un groupe d'âge particulier. Ils ne font pas encore partie du système scolaire et sont principalement pris en charge par leurs parents, la famille ou des structures d'accueil collectives. Ces jeunes enfants ont des besoins spécifiques, en particulier en termes de structures d'accueil. L'analyse de la répartition de ces enfants sur le territoire bruxellois, laquelle est étroitement liée à celle de leurs parents, permet de mettre en lumière les quartiers où ce besoin est le plus marqué.



II. Description de la carte


II.1. En 2016

En 2016, les enfants de moins de 3 ans sont inégalement répartis sur le territoire. Nous constatons une plus importante concentration de ce groupe d'âge dans le croissant pauvre et dans certains quartiers du nord et de l'ouest de la seconde couronne (notamment Gare de Schaerbeek, Vieux Laeken Ouest). 

La surreprésentation de ce groupe d'âge dans cette zone s'explique par plusieurs facteurs. D'une part, les jeunes ménages sont concentrés dans les quartiers centraux de Bruxelles, de sorte que le nombre de personnes susceptibles d'avoir de jeunes enfants y est plus élevé que dans la seconde couronne. D'autre part, la zone du croissant pauvre est peuplée par un nombre particulièrement important de personnes d'origine maghrébine ou turque, qui se distinguent par un taux de natalité supérieur à la moyenne belge.

Les enfants de moins de 3 ans sont proportionnellement moins nombreux dans certains quartiers du Pentagone (Quartier Royal, Grand-Place, Sablon) comptant moins de familles, et d'une manière générale dans les quartiers de la seconde couronne situés dans le sud et l'est de la Région.


II.2. Évolution de 1997 à 2016

 

Entre 1997 et 2012, le poids relatif de ces jeunes enfants a augmenté à Bruxelles, passant de 3,87 % à 4,73 %. Cet accroissement s'explique par une progression du taux de natalité brut parallèlement au nombre plus élevé de jeunes adultes issus de l'immigration internationale.

Depuis 2012, la part relative des enfants de moins de 3 ans parmi la population de la Région bruxelloise est cependant en repli, ce que l'on peut mettre en relation avec la baisse du taux de natalité brut depuis 2010. La part substantielle que représentaient les 0-2 ans en 2012 sur la population bruxelloise n'est plus atteinte, même si le taux de natalité brut et la part des 0-2 ans en Région bruxelloise restent élevés en comparaison avec le reste du pays. Depuis 2015, on constate non seulement un repli de la part relative des 0-2 ans, mais aussi de leur nombre absolu en Région de Bruxelles-Capitale. Selon les projections démographiques du Bureau fédéral du Plan de février 2018, le nombre absolu d'enfants de 0 à 2 ans et leur part au sein de la population bruxelloise sont appelés à repartir à la hausse à l'avenir.

De 1997 à 2016, la zone dans laquelle sont situés les quartiers comportant des parts élevées d'enfants de moins de 3 ans s'est élargie. Initialement localisés au sein du croissant pauvre uniquement, des quartiers de ce type se retrouvent aujourd'hui également dans l'ouest et le nord de la seconde couronne.


La définition des mots en italique se trouve dans le glossaire du site.